Bécassine ! de Bruno Podalydès

Partie de Campagne

Armée de son baluchon et de son parapluie rouge, une jeune femme marche d’un pas décidé vers Paris. Robe verte et noire, coiffe bretonne, pas de doute, c’est bien notre légendaire Bécassine, celle dont les aventures ont rythmé l’enfance de plusieurs générations de petit-e-s Français-e-s. Après la poétique adaptation des Malheurs de Sophie par Christophe Honoré, Bruno Podalydès se lance lui aussi à l’assaut d’une des figures tutélaires de la culture populaire française – même Jean-Luc Godard dans son Livre d’image n’a pas résisté à l’employer. Pour se faire, une fois n’est pas coutume, Podalydès s’entoure de sa fidèle troupe : son frère, Denis, joue le mondain Proey-Minans, Michel Vuillermoz, l’oncle ange-gardien, Vimala Pons, la gavroche Quillouch, Isabelle Candelier, une cuisinière bavarde, et Émeline Bayart enfin, la bienheureuse Bécassine. A cette pétulante troupe s’ajoutent les populaires Karin Viard et Josiane Balasko, interprétant respectivement la Marquise de Grand Air et son aigrie femme de ménage. Tout en s’inspirant de l’univers pittoresque créé par Caumery et Pichon, Bruno Podalydès continue de bricoler son propre monde fantaisiste et bucolique. Si son personnage de Bécassine ressemble trait pour trait à ceux que ses créateurs lui avaient donnés, il l’anime d’une dose supplémentaire de féérie, et soudain la simplette a des airs d’une Mary Poppin’s maladroite. Toujours munie de son parapluie à tête de canard, Bécassine déborde d’idées aussi fantasques qu’ingénieuses. A l’instar de Comme Un Avion, précédent film de Bruno Podalydès, Bécassine ! débute par un voyage avorté. Alors qu’elle quitte ses parents pour vivre sa vie à la capitale, la jeune bretonne fait la rencontre de la Marquise de Grand-Air qui, ni une ni deux, l’embauche comme nourrice de sa fille adoptive, la petite Loulotte. Innocente et béate, Bécassine découvre alors la vie de château, son luxe, son rythme effréné, et ne quitte plus d’une semelle le bébé qui devient vite une jeune fille. La tranquillité et l’ordre règnent au château, jusqu’au jour où débarque un marionnettiste mal intentionné. Son but ? Mettre la main sur la fortune de la Marquise, coûte que coûte… Campant lui-même le rôle de ce fourbe Rastapoquoueuros, Bruno Podalydès pousse ses comédiens dans la frasque et la démesure et met en scène un festival de rires, de cris et d’émerveillement. Pourtant généreux dans son aspect comique, Bécassine ! peine cependant à dépasser le stade du simple divertissement et de la caricature. L’essence du film – la maladresse innocente et les bécasseries du personnage principal – finit par devenir trop systématique et son traitement tout en légèreté ne tient guère sur la durée. Le déséquilibre se niche là : une trop longue installation de l’univers et de ses personnages et pas assez de temps pour développer de réels enjeux dramatiques capables d’émouvoir et d’enthousiasmer. L’indéniable finesse comique de l’écriture et l’irréprochabilité des interprètes ne permettent malheureusement pas à cette adaptation de dépasser les limites qui lui ont été tracées, celles de la gentille comédie populaire familiale.

Réalisé par Bruno Podalydès. Avec Denis Podalydès, Michel Vuillermoz, Émeline Bayart, Karin Viard… Durée : 1H42. En salles le 20 juin 2018. FRANCE