Ecrans Mixtes, épisode 4 : Chriss Lag, Xavier Héraud et la scène “voguing” parisienne

La 9ème édition du festival du cinéma queer “Écrans Mixtes” se tient du 6 au 14 mars à Lyon. Si l’invité d’honneur est James Ivory et que le festival consacre un focus au “Novo queer cinema”, nouvelle vague du cinéma queer brésilien, il fait aussi la part belle aux réalisatrices et réalisateurs français. FrenchMania est sur place à leur rencontre. Épisode 4 : Rencontre avec Chriss Lag et Xavier Héraud.

Chris Lagg et Xavier Héraud  : “La scène voguing est très intense à filmer

Chriss Lag, réalisatrice entre autres du documentaire Parole de King sur les drag kings, et Xavier Héraud, photographe et journaliste (il fut l’un des cofondateurs du site LGBT+ Yagg.com) ont unis leurs talents pour un court documentaire à la fois immersif et documenté sur la scène “ballroom” parisienne. Grâce à leurs rencontres passionnantes avec des figures incontournables, entrecoupées de scènes d’une énergie folle filmées au cœur des “balls”, le néophyte, qui a vaguement entendu parler du “voguing”, appréciera de découvrir à la fois la dimension artistique et décomplexée de ces événements communautaires flamboyants et le fond politique qui en est indissociable. Hold that pose for me permet, en 22 minutes, de comprendre l’importance de cette scène qui connait un nouvel essor à Paris et donne très envie d’en voir plus.

Photo : Xavier Héraud

Comment avez-vous décidé d’aller poser vos caméras dans les lieux de la scène “voguing” parisienne ?

Xavier Héraud : J’ai découvert cette scène il y a plus de 4 ans. J’avais vu le film Paris is burning et l’idée d’aller voir ce qui se passait en France de ce côté-là me trottait dans la tête ! Un jour, un de mes amis qui organisait un “ball” cherchait un photographe et m’a invité. Je ne suis pas reparti !

Chriss Lag : Nous avons été mis en relation par le site Hornet qui m’avait commandé une série web sur le sujet, que vous pouvez retrouver sur Youtube et le site Hornet France, et qui était accompagnée par des articles de contextualisation écrits par Xavier. On a commencé à aller filmer les “balls” en octobre 2017 et Xavier m’a initiée aux fondamentaux. Je reconnais qu’au début, quand je filmais, je ne comprenais rien ! Un et demi après j’en sais un peu plus ! Dès le départ j’avais l’idée de faire un documentaire après cette série web. L’idée était de prendre en compte les retours de la scène sur la web série et cela nous permettait d’avoir l’opportunité d’avoir un angle plus profond.

Comment avez-vous choisi les personnes à qui vous avez donné la parole ? Il fallait représenter notamment les différentes “fonctions” de l’univers des “balls” …

Xavier : Il fallait absolument qu’on ait les pionniers de la scène parisienne : Mother Lasseindra Ninja et Mother Nikki Mizrahi car ce sont eux qui l’ont créé. Ensuite, je me suis dit qu’on aller essayer de trouver des figures diverses, ceux qui ont des responsabilités mais aussi des gens qui sont un peu nouveaux dans la scène comme Riggs Ultra Omni ou Tee-Jay West. L’idée c’était d’avoir des diversité d’expérience pas seulement pour décrire la “voguing” vu par ceux ou celles qui animent la scène mais également par, si on peut dire, des “vogueurs” de base !

Visuellement, quel défi cela représentait de filmer cette scène foisonnante ?

Chriss : Cela me fait encore des frissons de repenser aux différents tournages ! Il y a une telle énergie, tellement de talents et une diversité dans la représentation de la masculinité et de la féminité, dans un spectre si large… La scène voguing est très intense à filmer, notamment dans les fins de “balls” qui sont très compliqués à gérer. On a essayé de mettre 2 caméras à chaque fois pour rendre justice et compte de c qui se passait. Un plan large pour le contexte et des plans plus serrés, cela se rapproche du dispositif que j’avais pour mon doc sur Louise de Ville (Louis(e) de Ville, portrait d’une bad girl, 2011) ou sur les Drag kings ! Là, l’avantage c’est que tout était calé, que Xavier connaissait tout le monde et on s’installait avant l’arrivée du public et on a eu des conditions incroyables. Je continue d’ailleurs à filmer des “balls” à leur demande avec Nicolas Maille qui a cadré la plupart de ceux du film.

Le film sera présenté par Chriss Lag et Xavier Héraud lors du Festival du Film de Femmes à Créteil le mercredi 27 mars à 21h.