Jusqu’à la garde de Xavier Legrand

Papa ou maman

Attention, film coup de poing. Xavier Legrand nous invite sans détour dans le quotidien d’un couple qui se sépare, et dès la séquence d’ouverture le rythme cardiaque s’accélère. Tout commence dans le bureau de la juge aux affaires familiales. Une scène magistrale qui pose les enjeux du film : Myriam veut protéger son fils (alors mineur) d’un père abusif, mais Antoine nie avoir un comportement violent. La juge tranche et la garde des enfants est partagée. Commencent alors les épreuves et les supplices, le cauchemar d’une mère et de son fils, la spirale de la violence et le régime de la terreur. La tension monte crescendo jusqu’au finish, explosif. Rares sont les metteurs en scène qui, en filmant une simple porte, parviennent à susciter stupeur et tremblements. Xavier Legrand est de ceux-là, un équilibriste qui marche sur une corde raide. Il ne lâche rien, son écriture est incisive, sa mise en scène, précise, métrique. Porté par un Denis Ménochet et une Léa Drucker au sommet, ce premier long métrage épate autant qu’il bouleverse. La surprise vient de la sobriété de ce drame pourtant dense qui fait la nique à tous les clichés que le sujet pouvait porter en lui. Les récompenses pleuvent naturellement, de Venise (Meilleur Premier film et prix de la mise en scène) à Saint-Jean-de-Luz (Chistera du meilleur film) en passant par Angers (Prix du public). Quant à la révélation, elle porte le nom de Thomas Gioria,  jeune comédien qui interprète Julien Besson, fils de Myriam et Antoine, centre de toutes les attentions, des meilleures comme des pires. Jusqu’à la garde conjugue thriller et fait divers pour assoir cette histoire d’emprise, d’amour fou et fatal. Aussi déchirant qu’effrayant. Un coup de maître.

Réalisé par Xavier Legrand. Avec Léa Drucker, Denis Ménochet, Thomas Gioria… Durée : 1h33. En salles le 7 février 2018. FRANCE.