Kiss and cry / En compétition à L’ACID

Puberté et patins à glace

C’est à la Finlandaise Jane Erkko, membre du comité d’organisation des championnats du monde de 1983, à Helsinki, que l’on doit l’expression « kiss and cry ».  Une expression qui résume bien le concentré d’émotions ressenties sur le banc où les patineurs, une fois sortis de la glace, attendent d’être notés par les juges. Le premier film de Lila Pinel et Chloé Mahieu fait le portrait d’une adolescente de 15 ans qui n’en peut plus du patinage artistique, de la compétition à haut niveau, des entrainements martiaux et matinaux et des remontrances des son coach, Xavier, tyrannique et féroce. Sarah doit jongler avec tous ces paramètres (lourde responsabilité), sans parler des tensions à la maison avec sa mère et celles qui se cachent dans les vestiaires. Car la rivalité entre patineuses fait rage. Une rivalité tant sportive que féminine où tous les coups (bas) sont permis. Quand Jean-Christophe Meurisse (Apnée) rencontre Céline Sciamma (La Naissance des pieuvres), ça donne Kiss and cry, une comédie pas tendre sur l’adolescence, les désirs et les échecs. Acide et frais à la fois. #DoubleEffetKissCool

Réalisé par Lila Pinel et Chloé Mahieu. Avec Sarah Bramms, Xavier Dias, Dinara Droukarova … Durée : 1h16.