L’échange des princesses, I Am Not a Witch, zoom sur les sorties du dernier mercredi de l’année

L’échange des princesses de Marc Dugain

Adaptation du roman de Chantal Thomas, L’échange des princesses nous plonge dans la France du 18e siècle, celle de la monarchie et des alliances politiques. Pour solder un conflit, Philippe d’Orléans, alors Régent de France (Olivier Gourmet), propose au Roi d’Espagne, Philippe V (Lambert Wilson), un mariage entre l’héritier du trône français, Louis XV, âgé de 11 ans, et la très jeune infante d’Espagne, Anna Maria Victoria… Sujet audacieux donc pour un film en costumes qui n’est malheureusement pas à la hauteur de cette audace. Malgré de formidables comédiens, tous dirigés avec soin, et un Lambert Wilson excessif mais attachant, la réalisation appliquée de Marc Dugain manque de personnalité et d’enjeux. C’est le deuxième long métrage du romancier, après le remarqué Une exécution ordinaire, nommé au Prix Louis Deluc en 2010. A.C

En salles le 27 décembre 2017.

 

 

I Am Not a Witch de Rungano Nyoni – coproduction FR.

C’est l’histoire d’une fillette, Shula, que toute une communauté villageoise dénonce aux autorités, tombée pour sorcellerie. Ni une, ni deux, elle est envoyée dans un camps où échouent les femmes de son espèce que les touristes viennent observer comme des bêtes de foire. Elle est attachée avec ses congénères à de longs rubans blancs résultant des bobines géantes situées à l’entrée du camp, elles-mêmes reliées à de vieilles Mercedes. Surréaliste. Le premier long métrage de Rungano Nyoni prend les contours d’une fable graphique, moderne et burlesque pour parler de la condition des femmes, de la privation des libertés, de l’absurdité des règles que les croyances imposent, que la société impose. Le besoin de dérision est palpable, car la trajectoire de Shula est tragique. L’oppression, son système, l’impossibilité d’en réchapper. Tout le monde persuade cette pauvre fillette de tout et n’importe quoi, l’empêchant d’exister en dehors des commandements qu’on lui assène comme des vérités. C’est aussi beau que cinglant. Aussi gracieux que sidérant. A.C

En salles le 27 décembre 2017.