Petit Paysan de Hubert Charuel / Semaine de la Critique

Chute libre 

Pierre est paysan. Ses vaches, qu’il considère comme ses filles, sont la prunelle de ses yeux. Alors quand la rumeur d’un virus qui décime les troupeaux de sa région arrive à ses oreilles, Pierre veut prendre toutes les précautions. On se souvient de l’épisode de l’épidémie de la vache folle dans les années 1990, Hubert Charuel aussi, lui qui a grandi à la ferme et dont les parents s’occupaient de vaches laitières. Petit Paysan, présenté en séance spéciale à La Semaine de la Critique, fait battre le pouls. Dès la séquence d’ouverture, le réalisateur (également auteur du scénario) nous projette dans le monde (en forme de bulle) de Pierre et ses vaches, et le film ne nous lâche plus. Thriller, chronique rurale, tragédie moderne, film fantastique, Petit Paysan est tout à la fois, le mélange des genres créant la surprise avec panache. Car ce premier film se réinvente en permanence. Impossible de prévoir le prochain coup du sort. L’empathie avec Pierre est telle qu’on sent le sol se dérober sous nos pieds, la terre trembler, la raison se fendre, la peau gratter. “L’important, c’est pas la chute, c’est l’atterrissage” disait-on dans La Haine. Et quel atterrissage ici.

Swann Arlaud est magnétique, foudroyant. Il est Pierre jusqu’au bout des ongles, un homme pris de vertige et sueurs froides. Et c’est bien dans un tourbillon émotionnel que le personnage et son interprète nous emportent. Les relations en flux tendus avec sa sœur vétérinaire (magnifique Sara Giraudeau), se amis, ses parents, la peur de tout perdre, l’impossible réalité à accepter, tout est là, vrombissant. Raide, haletant, stupéfiant, Petit Paysan est un petit bijou.

Réalisé par Hubert Charuel. Avec Swann Arlaud, Sara Giraudeau, Bouli Lanners … Durée : 1H30. En salles le 30 août 2017 – FRANCE.