Rafiki de Wanuri Kahiu – Un Certain regard

Kena et Ziki dans le même bateau

Kena et Ziki sont deux jeunes femmes que tout oppose : la première se rêve infirmière car elle ne s’autorise pas à se rêver médecin, la seconde vit aux rythmes de ses répétitions de danse dans la rue avec ses amies. Cherry on the cake : leurs pères s’opposent aux élections locales de ce quartier de Nairobi au Kenya. Les deux jeunes femmes vont se regarder de loin, de près, se parler, se toucher et finalement tomber amoureuses. Jusqu’ici tout va bien, une romance pop et vibrionante peut s’installer et presque faire fi des regards en biais de plus en plus insistants de ceux qui peuplent la place-agora de cette petite communauté dans laquelle tout le monde connait (ou croit connaître) tout le monde.

Si la jolie bluette lesbienne est séduisante, elle n’est pas nouvelle. On est presque en terrain connu, celui du film indé US circa 1990 avec le combo rencontre / coming out forcé / mise au ban. Bien sûr ce triptyque gagne en force au vu de l’homophobie du pays tout entier (et de ses lois) maladroitement symbolisée dès les premières minutes par le gay du coin (étrangement mutique et fantomatique) qu’on se plaît à insulter et à frapper. Malheureusement Wanuri Kahiu ne va pas assez loin dans cette exposition de l’homophobie institutionnalisée dans toute la société (églises, état, familles, voisins) qui ne va pas au-delà de quelques scènes un peu maladroites. Mais quand on sait que la réalisatrice fait l’objet de nombreuses menaces et que le film est déjà interdit au Kenya, peut-on le lui reprocher ? Raconter cette histoire est, sans doute, déjà un acte hautement militant.

Réalisé par Wanuri Kahiu. Avec Samantha Mugatsia, Sheila Munyiva, … Durée : 1H22.