Synonymes de Nadav Lapid

Maux-valises

Quentin Dolmaire, Tom Mercier et Louise Chevillotte dans “Synonymes” – Guy Ferrandis – SBSFilms

Dans Synonymes, lauréat de l’Ours d’or à la dernière Berlinale, Nadav Lapid suit le parcours de son alter ego, Yoav, à Paris. Le jeune homme quitte son pays, Israël, avec une volonté farouche de devenir français sans jamais réussir à gommer les stigmates et traumatismes qu’il porte en lui. Ce parcours initiatique en mode roller-coaster ne ressemble à aucun autre. Ce film non plus. Unique et  singulier, direct comme un uppercut et d’une puissance bluffante.

C’est peu dire que Nadav Lapid frappe un grand coup avec son nouvel opus. Pour son premier film francophone (et parisien), le réalisateur israélien nous projette dans la vie de Yoav, jeune israélien qui fuit la violence de son pays pour tenter de trouver un avenir à Paris, ville idéalisée de la liberté et de la beauté. Lapid le dit, Synonymes est inspiré par son exil parisien du début des années 2000, de son obsession pour le dictionnaire français, et c’est sans doute son film le plus personnel, le plus brut. Brutal même. Un film mal-aimable, violent et parfois même malaisant mais passionnant et porteur d’une force qui étourdit.

Entre marches frénétiques dans un Paris rarement vu comme ça au cinéma et “mauvaises fréquentations” qui le ramène à ce pays dans lequel il ne veut pas rentrer et dont il ne veut même plus parler la langue, Yoav va rencontrer Caroline et Emile, un jeune couple bourgeois. Le trio Yoav, Caroline et Emile, c’est Jules et Jim mais réalisé de nuit par le fils illégitime de Godard et de Carax, et en version SM soft. Des tensions sexuelles tous azimuts, du désir, de l’amour, du rapport de classe, de la haine, de l’envie, du mépris. Il fallait bien trois personnages pour illustrer ce qui ne peut se résumer à une dualité comme la relation si particulière d’Israël à la France, de la France à Israël.

En plus d’être un film d’une force inouïe, Synonymes révèle un acteur phénoménal : Tom Mercier, qui interprète Yoav, est unique. Beauté butée, corps puissant, la colère semble le consumer de l’intérieur. Drapé de son manteau de laine moutarde, signe extérieur d’allégeance au “bon goût français”, au chic parisien, et simili-cape de super-héros, il est fascinant. (Synonymes : attrayant, ensorceleur, éblouissant, envoûtant, magnétisant).

Réalisé par Nadav Lapid. Avec Tom Mercier, Quentin Dolmaire, Louise Chevillotte, Uriya Haik, … Durée : 2h03 – En salles le 27 mars 2019 – FRANCE-ISRAËL-ALLEMAGNE