Taxi 5 de Franck Gastambide

TAXI 5, tu peux pas test…

Si vous n’aimez pas le bruit des pneus qui crissent, si vous n’aimez pas le vomi et le caca, si vous n’aimez pas les vannes grasses sur les gros, les femmes et les homos, mieux vaut passer ce test avant de payer votre billet !

1 – Complétez cette phrase : “cette fille, c’est un sacré…

A –  Morceau

B – Cerveau

C – Mec

 

2 – Si on vous dit “Italien”, vous répondez :

A –  Mafieux à Ferrari

B – Michel-Ange, Fellini…

C –  On mange quand ?

 

3 – Parmi ces fous du volant, lequel préférez-vous ? 

A – Daniel Morales (Taxi)

B – Satanas (Les Fous du volant)

C – Dominic Toretto (Fast & Furious)

 

4 – Ce que vous attendez d’une saga comme Taxi :

A – De l’humour (de Marseille), de l’action (sauce américaine) et du gros son (sauce algérienne)

B – Qu’elle s’achève

C – De divertir, sans prendre la tête, même si le scénario, bon, hein …

5 – Taxi 5 est au cinéma ce que …

A – la menthe est au diabolo

B – Soprano est à la musique

C – les bulles sont au soda – et quand y en a plus, c’est pas bon

 

  • Vous avez une majorité de A – Feu vert

Le cahier des charges est rempli. Ce que vous aimiez dans la saga Taxi de Luc Besson, vous l’aimerez de nouveau dans ce cinquième opus qui a tout du reboot du premier épisode : même construction, même découpage, même intrigue (seule la nationalité des méchants change), même bilan carbone, même bande de bras cassés, même vision accessoire de la femme (la grosse, la pimbêche et la revêche), des traces de pneus partout dans Marseille et de la musique qui vrombit comme les moteurs des Mercedes et Ferrari.

  • Vous avez une majorité de B – Feu rouge

Taxi 5 pèse 20 millions d’euros (budget) et vous vous demandez encore comment un film aussi lourd, clichetonant et ras le bitume peut faire des entrées en salles en 2018 (course en tête aux premières séances parisiennes le jour de sa sortie). Un humour pipi-caca ringard, des représentations binaires à tous les étages, aucune originalité, aucune personnalité, sans parler de la platitude des dialogues – écrits avec le pied sur l’accélérateur.

  • Vous avez une majorité de C – Feu orange

Déception. Vous pensiez voir un film de Franck Gastambide, réalisateur qui vous avait emballé avec Les Kaïra et Pattaya, deux films populaires et ambitieux qui flirtaient avec les codes de la comédie américaine façon Farrelly ou Apatow. Mais ce qui en faisait le sel est ici aseptisé pour plaire au plus grand nombre, et les clins d’œil aux superproductions américaines du type Fast and Furious et 21 jump Street sont assommants. Avec Malik Bentalha, Gastambide reforme le duo Dumb & Dumber version Paris-Marseille et se donne des airs de Vin Diesel entouré de ses Expendables de la Police Municipale. Pourtant, Taxi 5 ressemble plus à un (mauvais) film de Luc Besson qu’à un (bon) film de Franck Gastambide.

Ava Cahen et Franck Finance-Madureira