40ème festival de Clermont-Ferrand : nos courts métrages préférés (1ère partie)

FrenchMania, partenaire du 40ème festival du court métrage de Clermont-Ferrand, vous propose sa sélection de films courts français issus de la compétition nationale du festival qui comprend 54 films. Première partie.

Jackie Berroyer et Laurent Le Pape dans “Cajou” de Claude Le Pape

Le plus prometteur : Cajou  de Claude Le Pape

La coscénariste de Petit Paysan et des Combattants passe pour la première fois derrière la caméra avec ce très joli film qui se concentre sur la sale journée du jeune Lolo (Laurent Le Pape, touchant et très convaincant) qui doit passer son permis et gérer son père (Jackie Berroyer, perché à souhait) qui a fui sa désintox pour faire le tour des bistros. Un propos, du rire, de l’émotion et un vrai regard. Une réalisatrice à suivre !

Le plus signifiant : The Barber Shop  de Gustavo Almenara et Emilien Cancet

Le duo signe un documentaire puissant sur le sort des migrants dans la jungle de Calais. Par le biais de ce moment particulier chez le barbier, les témoignages se font intimes et puissants. La réalisation, le travail sur les voix en off et l’élargissement final du champ, tout dans ce court documentaire concourt à servir le sens des mots et leur contextualisation.

Le plus sensible : Marlon  de Jessica Palud

On a déjà parlé de ce beau court métrage sur FrenchMania. Nommé au César, le film de Jessica Palud qui suit la première visite en prison d’une jeune fille pour y voir sa mère est émouvant et doit beaucoup à sa jeune actrice Flavie Delangle (Lire notre interview de Jessica Palud).

Le plus surprenant : Gueule d’Isère  d’Esther Mysius et Camille Rouaud

Ce film au climat étrange fait de montagnes, de chantier, de loup et de mystère tisse sa toile à rebours pour nous éclairer sur la relation trouble entre deux amis d’enfance aux parcours de vie opposés. la dernière partie et ses scènes nocturnes sont des plus troublantes et emportent l’adhésion.

Le sidérant doublé : Braguino et Les Indes galantes de Clément Cogitore

On a déjà eu l’occasion de dire tout le bien qu’on pensait de la forme et du fond de Braguino, documentaire d’une beauté folle qui observe de l’intérieur la vie de deux familles dans un coin reculé de Sibérie et qui est sorti en salles fin 2017. Il concourt en compétition nationale avec un autre film de Cogitore, Les Indes galantes réalisé pour l’Opéra de Paris qui mixe la musique de Rameau et les chorégraphies puissantes du krump. Un trip sensoriel et hypnotique qu’on peut avoir envie de regarder en boucle. Un troisième film du même réalisateur, l’Intervalle de résonance, est présenté dans la sélection Labo.

Le plus sexy : Coelho Mau / Mauvais Lapin  de Carlos Conceiçao

Découvert à la Semaine de la Critique à Cannes, ce film franco-portugais est un conte sensuel hyper sexy. Un frère qui se déguise en lapin, une sœur malade en manque de chair et un inconnu qui n’a pas froid aux yeux forment le trio Mauvais Lapin. Les comédiens portugais Joao Arrais et Julia Palha ainsi que le Français Mathieu Charneau sont au diapason de l’univers foisonnant et onirique de Carlos Conceiçao. Un must-see ! (Lire nos interviews de Carlos Conçeicao et de Mathieu Charneau)

A suivre …