Beatriz Seigner (Los Silencios) : “Ce film, je l’ai toujours vu comme un film où le sensoriel devait avoir une place concrète “

Copyright Pyramide Distribution

Scénariste et réalisatrice brésilienne, Beatriz Seigner a fait sensation en mai dernier au Festival de Cannes avec son deuxième long métrage Los Silencios, présenté à la Quinzaine des réalisateurs. Co-produite par la France, sensible aux talents émergents venus d’Amérique Latine, cette fiction, poétique et politique, met en scène une famille brisée par les exactions des Farc, réfugiée dans un village insulaire où pèse le poids des morts dans l’esprit et le cœur de chaque habitant. Entretien avec la cinéaste à quelques jours de la sortie du film (3 avril 2019).

Comment vous sentez-vous à l’approche de la sortie du film en France ?

Beatriz Seigner : Très impatiente ! J’espère que le public français appréciera sa découverte au cinéma, sur grand écran, puisque c’est un film qui a été conçu pour lui, et qu’il n’y a pas de meilleures conditions pour vivre l’expérience cinématographique que le film propose.

Où avez-vous exactement tourné Los Silencios  ?

B.S : Nous avons tourné à la frontière entre le Brésil, le Pérou et la Colombie, plus précisément sur une petite île baptisée « la Isla de la fantasia ». Cette île est envahie par les eaux quatre mois par an et refait surface comme par magie le reste du temps.

Cette “magie” dont vous parlez est palpable à l’écran, notamment à travers la manière dont vous filmez ce décor dans lequel sont immergés les protagonistes.

B.S : Nous avons tout de suite eu une idée en tête : suivre les mouvements de l’Amazone, la crue et décrue. Et nous l’avons appliquée au film lui-même, c’est-à-dire que nous voulions qu’il y ait une interaction entre la réalité et le fantastique, que la réalité soit parfois immergée et que sa perception puisse être transcendée. Ce film, je l’ai toujours vu comme un film où le sensoriel devait avoir une place concrète, tout comme les fantômes ont une place concrète dans cette région insulaire.

La vie et la mort sont au centre de deux séquences de prise de parole en groupe, deux séquences d’assemblées villageoises …

B.S : La première assemblée, c’est l’assemblée des vivants où sont discutés les enjeux sociaux, la seconde, c’est l’assemblée des morts. La première est un lieu de prise de parole, la seconde est un lieu d’écoute. Ces séquences, je ne les ai pas inventées, ce sont les habitants de l’île qui m’ont parlé de leurs réunions, et je suis donc venue avec ma caméra. Les villageois parlent avec leurs mots. Je ne voulais pas travestir la situation, mais en être le témoin silencieux. Cette île a un fonctionnement social précis et élaboré. On ne prend pas les décisions seul mais en collectivité. Les habitants se réunissent au minimum une fois par semaine pour débattre et voter. Partout où vous allez en Colombie, vous trouvez ce genre d’organisation sociale participative. Pour la séquence de l’assemblée des morts, là encore, nous ne voulions rien écrire mais laisser libres les mots de ceux qui avaient souffert de la guerre. Aucun acteur ne peut atteindre ce degré de vérité. Il y avait dans la pièce un ancien colonel des Farc qui avait fait de la prison, des victimes de la guérilla, des pères, des mères, des frères et des sœurs endeuillés, un ancien paramilitaire. Personne ne connaissait le passé des uns et des autres et pour la première fois, chacun s’écoutait. C’était si fort que j’ai laissé tourner et tourner encore la caméra. L’expérience de l’écoute a été très intense.

Copyright Pyramide Distribution

Comment avez-vous choisi les comédiennes et comédiens ?

B.S : J’ai travaillé sur le casting avec Catalina Rodriguez et Carlos Medina, ils m’ont aidée à trouver les acteurs et à faire les répétitions avec eux. Enrique Diaz, qui joue le père, est un comédien de théâtre incroyable. Je voulais travailler avec lui. Je n’imaginais personne d’autre dans le rôle de ce père fantomatique. Marleyda Soto, qui joue la mère, est aussi une grande actrice. Elle défie tous les stéréotypes. Son interprétation est magistrale. Dès la première prise, elle a été parfaite. Pour les enfants, nous avons cherché dans les environs du lieu de tournage. Maria Paula Tabares Peña, qui joue Nuria, habite l’île. Dès que je l’ai vue, j’ai fondu, j’étais fascinée par ses grands yeux noirs, son air suspicieux. Adolfo Savilvino, qui joue Fabio, a été un peu plus compliqué à trouver. Nous cherchions un enfant à la fois naïf et frondeur. Nous sommes allés visiter une école publique et avons demandé à rencontrer les enfants les plus turbulents. C’est là que Fabio est arrivé. Le courant est tout de suite passé. La manière dont Fabio s’est pris au jeu était intense. Il était très vif, très éveillé. Il était en immersion dans le film, immédiatement.

Copyright Pyramide Distribution

Quels sont les cinéastes qui vous inspirent ? Ceux et celles dont vous vous sentez proche ?

B.S : Je suis particulièrement sensible au cinéma asiatique. Je crois qu’il y a des ponts importants entre l’Asie et l’Amérique Latine. J’aime le cinéma de Jia Zhangke par exemple, et ce film merveilleux de Zhang Hanyi, produit par Jia Zhangke me semble-t-il, qui s’appelle Life After Life. Los Silencios y fait référence de manière presque inconsciente. J’ai aussi été inspirée par les films de Tsai Ming-liang et Apichatpong Weerasethakul, pour leur atmosphère et leur représentation de la nature. Mais aussi, hors d’Asie, par Lucrecia Martel pour le travail sur le son, par John Cassavetes pour les improvisations avec les acteurs, et par Paris-Texas de Wim Wenders pour la scène de la mère et du fils.

A tant que citoyenne, femme et artiste, comment vivez-vous l’élection de Bolsonaro au Brésil ?

B.S : A la fois comme une menace et un défi. Il a été élu en répandant une parole haineuse, en nourrissant une violence structurelle qui est très présente dans notre société, comme le racisme, la misogynie, la LGBT-phobie, en menaçant de mort des minorités et des défenseurs des droits humains. On a découvert récemment que son fils, son chauffeur et son voisin et ami proche, sont directement impliqués dans l’assassinat de Marielle Franco. Donc nous sommes vraiment entre les mains d’une énorme organisation criminelle, qui est intimement liée à des milices, des policiers à la retraite et à l’armée au Brésil, et qui soutient la torture et le coup d’état de 1964, l’église évangéliste et le narcotrafic. En moins de deux mois à la tête du gouvernement, il a déjà coupé des subventions aux arts, à la culture, aux sciences à et l’éducation, via Petrobras, BNDES (banque nationale pour le développement), Caixa Economica Cultural (une autre banque publique) et Capes, et il essaye d’introduire les principes militaires et évangélistes dans nos écoles. Il a réduit de 60% le Fonds pour le système d’éducation. Depuis son élection, il a approuvé plus de deux agrotoxiques avérés dangereux sur les aliments par jour. Il a vendu nos camps pétroliers et nos passages souterrains lucratifs, comme Embraer. Il a autorisé les gens à avoir des armes à feu chez eux – dans un pays qui est le cinquième au monde en termes de féminicides, et le premier qui tue plus de personnes lgbtqi +, un pays où toutes les 12 minutes un enfant noir est tué “par accident” par la police, et où nous avons connu un des plus grands génocides contre les communautés autochtones. Il essaie de faire passer une loi dans laquelle toute personne impliquée dans un mouvement social peut être considérée comme un terroriste, et chaque discours politique peut être considéré comme un acte criminel. Il est un tel désastre sur tellement d’aspects, que c’est parfois difficile de décider lequel est le pire.

En ce qui concerne l’écologie, son climatoscepticisme et son cynisme l’ont visiblement décidé à faire construire une autoroute en plein milieu de la forêt amazonienne. Quelles sont vos inquiétudes à ce sujet ?
B.S : Il a aussi approuvé l’exploitation de minerais sur leurs terres, donc bientôt il n’y aura plus de parcs naturels, de réserves indigènes, et probablement plus de forêts du tout. Bolsonaro, son vice-président et toute son équipe sont une menace pour le monde entier, pas seulement pour le Brésil ou l’Amérique du Sud. Nous ne pourrions appeler à de nouvelles élections que s’il tombe avant d’être deux ans au pouvoir. Mais c’est très difficile à faire, car les médias institutionnels s’opposent à Lula et au Parti des travailleurs (PT), qui sont la seule force politique, avec l’esprit de Marielle Franco (militante pour les droits humains assassinée au Brésil le 14 mars 2018, NDLR) et le mouvement féministe, le mouvement antiraciste, le mouvement indigène et celui des LGBTQI+, qui font déjà tout leur possible pour sortir Bolsonaro de la présidence – ce sont les seuls qui ont l’engagement social pour le destituer. Pour accomplir cela, ce serait une grande aide si le Comité Nobel donnait cette année le prix Nobel de la paix à Lula – du coup les médias institutionnels devront raconter son héritage, comment il a sorti quasiment 40 millions de personnes de la pauvreté – et auront peut-être honte d’avoir contribué à le mettre en prison, sans qu’il n’ait commis commis aucun crime. C’est le seul espoir que je peux avoir pour l’instant …
 
(*quelques extraits ici de l’interview de Beatriz Seigner, menée par Ava Cahen, pour le dossier de presse).