Daniel Darc, pieces of my life de Marc Dufaud et Thierry Villeneuve

Copyright UFO Distribution

Presque célèbre

Avec ce portrait de l’ex-chanteur de Taxi Girl (Chercher le garçon), Marc Dufaud et Thierry Villeneuve parviennent à réaliser le documentaire biographique idéal en en brisant toutes les règles. Daniel Darc, pieces of my life est incarné, subtil, à la bonne distance et pas hagiographique tout en étant d’une bienveillance contagieuse. Dès les premières minutes, on comprend que ces “morceaux de la vie” de Daniel Darc, figure “presque célèbre” d’une mouvance punk-rock eighties, ne seront pas un exposé circonstancié et didactique de la carrière et de la vie du poète en majesté mais un portrait sensible et personnel. Car c’est à la première personne qu’il le dit, Marc Dufaud, l’un des réalisateurs, qui prête sa plume et sa voix à la narration a avant tout filmé un ami à plusieurs moments de sa vie et nous en restitue des images, des sons, des souvenirs, des preuves de son passage sur Terre, comme ces objets récupérés dans l’appartement du défunt et qu’il conserve comme des fétiches. S’il parvient à se tenir à une forme de structure chronologique, le documentaire s’autorise une subjectivité bienvenue et dont les proches de Darc que l’on voit dans le film sont symboliquement dépositaires.

D’images de concerts tournées à l’arrache dans des salles rock parisiennes à des extraits d’émissions télévisées du temps du succès de Taxi Girl, en passant par des rush de scènes d’interviews et de leurs coulisses, parfois un peu scénarisées, le film construit un portrait cohérent en forme de puzzle. Daniel Darc était un être à part, un poète qui semble avoir toute sa vie cherché, et notamment vie ses fulgurances d’auteur libératrices, une voie médiane entre sa croyance en Jésus Christ et son addiction assumée pour la came, “Dieu et la dope, c’est la même chose” affirme-t-il. De ses débuts tonitruants au temps des “jeunes gens modernes” du Palace à son retour et sa révélation à un public plus large en 2004 avec l’album Crève coeur écrit avec Frédéric Lo, en passant par ses disparitions en forme de légendes urbaines, ses black out et ses cures de désintoxication, c’est via l’intime et ses amis proches que se dessine ici la figure de ce punk au nihilisme teinté de croyances et d’espoir.

Avec Daniel Darc, pieces of my life, Marc Dufaud et Thierry Villeneuve touchent du doigt la mystique de l’artiste, ses contradictions et sa quête dévorante d’amour et maladroite de reconnaissance. Les fans de la première heure comme ceux qui découvriront ici l’étendue du talent de Darc ne peuvent que les en remercier.

Daniel Darc, pieces of my life, réalisé par Marc Dufaud et Thierry Villeneuve. Aves Daniel Darc, Frédéric Lo, George Betzounis, … Durée : 1h45. En salles le 24 juillet (UFO Distribution) – FRANCE