Entretien Félix Moati et Laetitia Dosch / Gaspard va au mariage d’Antony Cordier

Félix Moati est Gaspard, l’homme du titre. Lætitia Dosch, Laura, la providence. Ensemble, ils vont partir à l’aventure dans un zoo, théâtre d’un remariage. Au hasard Gaspard. Rencontre avec les héros du dernier film d’Antony Cordier, deux acteurs au sommet.

Comme Christa Théret et Guillaume Gouix, c’est autour d’un café que vous avez rencontré Antony Cordier ?

Félix Moati : J’avais lu le scénario, et en effet, nous en avons parlé autour d’un café avec Antony. J’ai vu ses films, je les aime beaucoup. J’étais ravi qu’il me propose le rôle de Gaspard.

Lætitia Dosch : Avec Antony, on s’est rencontré super tôt en fait. Il m’avait envoyé son scénario qui m’a tout de suite fait penser aux ambiances des romans de John Irving. On s’est rencontré et je lui ai dit que j’adorerais être dans le film. A la base, je me projetais vachement dans le personnage de Coline… Ça a quand même été compliqué de m’imposer parce que même si Antony était partant dès le départ, ses équipes voulaient un nom, une actrice plus renommée. Le film n’a pas été simple à produire… Puis ensuite, lorsqu’Antony a choisi Félix, parce que je suis un peu plus âgée il faut le dire, il a un peu hésité, de peur qu’entre nous ça ne fonctionne pas… Il ne fallait pas que j’ai l’air d’une cougar quoi ! Donc on a fait des essais avec Félix pour voir si ce duo-là marchait, si nous étions d’une façon ou d’une autre assortis.

C’est la première fois que vous jouez ensemble, et pourtant, c’est comme si vous étiez déjà un vieux couple de cinéma… 

L.D : C’est marrant parce qu’on ne se connaissait pas avant de faire ce film ensemble. En fait, j’avais surtout entendu parlé de Félix via Jérôme Bonnell (scénariste et réalisateur, Ndlr), il m’avait dit qu’il était hyper cool, hyper gentil. Et il n’avait pas menti ! On s’est tout de suite bien entendu.

F.M : Dans le jeu aussi, il y avait comme une évidence. C’est bizarre de dire ça  alors que Lætitia est juste à côté de moi, mais avec elle, quand on joue, on est obligé d’être absolument là. Et d’être à l’écoute aussi. C’est ça que j’ai adoré dans nos scènes et nos échanges.

L.D : Laura, elle me fait penser un peu à Jane Birkin. Elle a cette nature insouciante. Elle est là pour révéler les autres personnages, donc il faut vraiment les écouter, les considérer entièrement. C’est presque un rapport intime avec le jeu. Puis, avec Félix, on a des scènes physiques intenses, des scènes d’amour.

F.M : Des scènes très chorégraphiées.

L.D : Chorégraphiées et répétées. A priori, je suis assez mal à l’aise avec la nudité. Ça m’intéresse, mais je dois dépasser certaines frontières pour pouvoir tourner des scènes de nu. Heureusement, Félix est un partenaire délicat et joueur. Les angoisses se sont vite désamorcées.

Laura et Gaspard sont joueurs aussi, et on remarque que, lorsque les jeux deviennent plus érotiques, c’est Laura qui prend la main…

F.M : Absolument. L’homme est au service du désir de la femme.

L.D : Oui. En revanche, je n’ai pas pensé ces scènes comme des défis. Ça m’aurait empêchée de me sentir libre. Le film se passant la plupart du temps dans un zoo, je me suis mise dans la logique des animaux.

F. M : Oui, c’est ce dont parle aussi le film d’Antony : essayer de filmer le désir sans barrière morale, de manière plus animale, d’en faire une fonction vitale.

L.D : C’est très rare au cinéma ça…

Le film se passant la plupart du temps dans un zoo, je me suis mise dans la logique des animaux – Lætitia Dosch

Puis, il y a un triangle amoureux. Coline (Christa Théret) aime Gaspard, son frère, d’un amour inconditionnel, et voit dans l’arrivée de Laura le début d’un problème…

F.M : Le film parle de passions amoureuses, c’est son moteur, et Coline et Gaspard l’éprouvent aussi cette passion amoureuse, sans qu’il y ait de passage à l’acte.

L.D : Oui, l’ambiguïté de la relation entre Coline et Gaspard, on ne voit pas ça tous les quatre matins dans une comédie. Mais cet amour et cette attirance qu’a Coline pour Gaspard, Antony ne les tourne jamais au drame, ça ne menace personne. Le film est très juste sur les rapports familiaux, farfelu, sensible, et mon personnage observe pour mieux ressentir.

Comme le film se déroule dans un zoo et que l’animal totem de Coline est l’ours, quels animaux représenteraient le mieux vos personnages ?

F.M : Gaspard, ça serait un animal conscient de lui-même, mais détaché…

L.D : Tu décris un félin là….

F.M : Un félin, c’est bien.

L. D: Mais pas un lion. Plutôt un tigrou.

Et Laura ?

L.D : Dans le zoo, il y avait une louve au pelage roux, je l’aimais bien. Tu te rappelles Félix, elle était toute seule à côté des tapirs !

F.M : (rires) Oui, une louve, ça correspond bien à Laura.

Propos recueillis par Ava Cahen