Festival de Cinéma Européen des Arcs / Le Lab “Femmes de cinéma”

Du 16 au 23 décembre, FrenchMania enfile ses après-ski à l’occasion de la 9e édition du Festival de Cinéma Européen des Arcs.

Réalisatrices en Europe : Seulement 1 film sur 5 est réalisé par une femme

Par Ava Cahen et Franck Finance-Madureira

C’est suffisamment rare pour être souligné : la compétition officielle cette année est paritaire. Cinq films sont réalisés par des femmes, cinq autres par des hommes. La place des réalisatrices dans le cinéma européen interroge depuis sa création le Festival des Arcs et ses instigateurs. En 2016, ces derniers lancent une étude sur l’émergence d’une nouvelle génération de réalisatrices européennes et les politiques proactives mises en place dans différents pays d’Europe en leur faveur.

Le Lab “Femmes de Cinéma”, créé depuis cette année par la Festival des Arcs, la Fondation Sisley, la magazine Elle et l’association “le Deuxième regard” a annoncé les chiffres de son étude 2017.  Ils sont durs : en moyenne, plus de 18 pays sur les 30 ciblés comptent moins de 20% de réalisatrices en 2016. Certains pays sont meilleurs élèves que d’autres, comme la Suède qui pratique une politique de soft quota. Résultat : 38% de femmes réalisatrices. Évidemment, la production suédoise est moins massive que la production française (par exemple) – et cela entre en ligne de compte dans l’étude. Le constat est alors le suivant : les pays sensibilisés à la question de l’égalité femme-hommes, les pays qui se fixent des objectifs quant à la parité font bouger les lignes et permettent aux réalisatrices d’émerger davantage.

Cependant, il est toujours plus difficile de réaliser son premier film quand on est une femme que quand on est un homme. Pire encore lorsqu’il s’agit des deuxièmes et troisièmes longs métrages. Sans parler des budgets  plus conséquent pour les hommes que pour les femmes, les disparités salariales ou le nombre d’écrans dont disposeront les films à leur sortie en salles. Des données absentes de l’étude et qui pourraient aider à une compréhension plus fine des enjeux. Même si, pour Geoffroy Grison, co-président du “Deuxième regard” (association de professionnels du cinéma qui milite pour l’égalité femmes-hommes) qui présentait les résultats hier aux Arcs “une étude de cet ordre, pour être significative, doit faire émerger des chiffres simples et immédiatement compréhensibles même si on sait que d’autres données pourraient l’enrichir, il semblait intéressant de se concentrer sur la part des films réalisés par des femmes en Europe. Les critères retenus concernent les premiers, deuxièmes et troisièmes films permettent d’insister sur les évolutions générationnelles espérées“.

La prise de conscience collective n’est pas une mince affaire. Elle est fragile, mais elle progresse. Si les chiffres de cette étude sont encore en dessous des espérances des professionnels du secteur qui se sentent concernés, ils ont le mérite d’ouvrir le débat, d’alerter et d’interroger sur les régressions et évolutions transgénérationnelles comme sur les moyens d’action concrets. 15 des pays de cette étude n’ont encore pris aucune mesure. Les ateliers-débats mis en place par le Festival des Arcs et le Lab “Femmes de cinéma” permettent non seulement de communiquer des informations clés sur la proportion de réalisatrices en Europe, mais aussi d’en interroger les causes et conséquences car c’est bien connu : la connaissance est une arme !