Genèse de Philippe Lesage

Copyright Shellac

La vie d’ado

Les premiers émois, les premiers chagrins, les premières fois. Une source d’inspiration intarissable à laquelle s’abreuve Philippe Lesage, cinéaste canadien plébiscité pour son précédent film, Les Démons. Il s’intéressait déjà de près à l’adolescence, cet âge troublant où le temps est cotonneux et abstrait, autant que le sont les sentiments et les désirs. Dans Genèse, il raconte avec délicatesse la jeunesse, l’attirance, la violence et l’amour, en trois fragments d’histoires qui forment une fresque moderne et séduisante. Il y a d’abord Guillaume (Théodore Pellerin), 16 ans, lycéen dans un pensionnat de garçons très conservateur, secrètement amoureux de son meilleur ami d’enfance, apeuré par les qu’en-dira-t-on, Charlotte ensuite (Noée Abita), sa demi-sœur un peu plus âgée qui quitte son petit ami pour vivre des aventures plus excitantes qui vont mal tourner, et enfin Félix (Édouard Tremblay-Grenier), en pleine puberté et découverte du grand amour en colonie de vacances, l’été. La structure est habile, méticuleuse, la réalisation élégante, ponctuée de plans plastiques et élastiques, la musique, pop et suave, extériorise les sentiments que les protagonistes tentent de garder souterrains, par pudeur ou par trouille. Les interprètes sont à la hauteur de ces personnages riches et complexes auxquels on croit sans hésitation.

Copyright Shellac

Mention spéciale à Théodore Pellerin, découvert dans Chien de Garde, à l’affiche de Boy Erased, ici désarmant de naturel et de charme, et Noée Abita, révélation d’Ava de Léa Mysius, pleine de grâce et de fraicheur. Genèse évite les écueils, il se concentre sur la réalité, l’expérience, le vécu (la part autobiographique est manifeste), et surtout sur le cinéma, qui permet de réunir en douceur un demi-frère et une demi-sœur qui pansent ensemble leurs blessures ou de joindre les mains d’une jeune fille et d’un jeune garçon tétanisés par ce sentiment inconnu et brûlant qu’ils partagent : l’amour. Des jeux de regards, des jeux de mains, des jeux (parfois) vilains, Lesage les décline jusqu’à un final que chacun sera libre d’interpréter à sa manière. Juste et sensible.

Réalisé par Philippe Lesage. Avec Théodore Pellerin, Noée Abita, Edouard Tremblay-Grenier … Durée : 2H11. En salles le 10 avril 2019. CANADA.