Le Bel été de Pierre Creton

Terre hospitalière

crédit : JHR Films

C’est l’histoire d’un été de complicité, d’échanges, d’accueil et de désirs. La nouveau film de Pierre Creton, réalisateur singulier, s’inscrit dans la lignée de son Va, Toto ! en 2017. Le Bel été ne s’embarrasse pas de la fiction, ou si peu, et pourtant n’est pas un documentaire. Toujours ancré dans ses terres normandes, dans son village, dans sa maison et son jardin, Pierre Creton s’est inspiré des récits, des rencontres avec de jeunes migrants d’Afrique subsaharienne accueillis par les villageois alentours grâce à l’association “Des lits solidaires”, pour raconter ce Bel été.

Le film, doux et hospitalier à souhait, invite à suivre des amis, des proches, des amants, Sophie Robert, Simon, Flora (interprétés par des amis, des proches, …) dans leur quotidien d’accueillants avec Nessim, Mohamed, Amed, Wally. Entre les démarches administratives pour aider les mineurs isolés fraichement débarqués en France, les récoltes de miel et travaux du jardin, les cours de français et les moments de lecture qui convoquent la poésie de Jean Genêt ou de Virginia Woolf, les stages d’insertion et les sauts dans les vagues, ce sont des moments de vie et d’échange dans lesquels le film accueille le spectateur. Sans oublier la question cruciale des désirs, de leur circulation, de leurs évidences qui font que l’homme est homme et que sa nature profonde est d’aller vers l’autre.

Film estival et fait à la maison, Le Bel été, rythmé par la musique détonante des Limiñanas, est à la fois solaire et nuageux, illuminé par l’humanité aimante qu’il porte en lui et assombrit par les fantômes de ceux qui n’ont jamais atteint l’autre rive. Chaque bruit de vague, chaque éclat de rire nous parle d’eux et de leurs rêves brisés.

Réalisé par Pierre Creton. Avec Gaston Ouedraogo, Sophie Lebel, Yves Edouard, Sébastien Frère, Mohamed Samoura, Amed Kromah, Wally Toure, Pauline Haudepin, Mathieu Amalric, … – FRANCE – 1h20 – En salles le 13 novembre (JHR Films)