Seule la terre de Francis Lee

Seule la terre  de Francis Lee

Initiation

Il suffit parfois de presque rien pour qu’une vie change. Pour Johnny, jeune fermier du Yorkshire qui se retrouve trop tôt à la tête de l’élevage familial, cela sera Gheorge, un travailleur roumain venu prêter main forte. Johnny est en souffrance, il baise des garçons faciles et observe ses amis partis pour l’université en avalant des bières au pub. Malgré tout il doit faire face au dur labeur quotidien suite à l’AVC de son père, la grand-mère assurant l’intendance de ce foyer boiteux et taiseux. La rencontre avec Gheorge, c’est la découverte de la tendresse, du toucher, du baiser. La rencontre avec Gheorge, c’est ce qui fait que plus rien ne sera jamais comme avant. De facture plutôt classique, ce premier long métrage de fiction foisonne d’idées et de détails subtils. Tout ici fait sens, sans esbroufe. Francis Lee filme la terre de son enfance et y convoque les fluides, les corps, les bêtes et les machines. Film d’initiation d’une intense sensualité, Seule la terre opère un rapprochement des êtres et des destins via des réconciliations familiales quasi muettes, des regards qui disent beaucoup et des gestes qui ne mentent pas. Les comédiens sont d’une vérité troublante, mention spéciale à Josh O’Connor qui incarne un Johnny écorché, empêché, qui va renaître devant nos yeux. F. F-M

Le film est présenté en avant-première le mardi 5 décembre à 21h au Christine 21 dans le cadre du Queer Cinéma Club.

Réservations ici : Avant-Première “Seule la terre”

Réalisé par Francis Lee. Avec Josh O’Connor, Alec Secareanu, Gemme Jones, …. Durée : 1h44. En salles le 6 décembre 2017. GRANDE-BRETAGNE. Produit par la Française Manon Ardisson.