Souvenir de Cannes 2017 – par Hubert Charuel

Avant que ne s’ouvre la nouvelle édition du Festival de Cannes, FrenchMania vous propose de plonger dans les souvenirs marquants de ceux qui, l’an passé, y ont vécu toute une aventure. Morceaux choisis.

Chronique de Cannes 2017 – par Hubert Charuel

J’ai essayé de me souvenir de quelque chose de précis à décrire, un moment, mais tout est allé trop vite. C’est plein de petits moments qui ont abouti à un beau souvenir.

Arrivée à Cannes. Je suis prêt… Non en fait je suis en méga stress. Attaché de presse : « Profite, un premier film à Cannes ça n’arrive qu’une fois ». Haha, oui, oui. Planning des trois prochains jours. Stress. Problème de synchro à la projo test. Je vais crever. Problème résolu. Abus de Pizza Spritz avec Claude, Swann, Sara, Stéphanie, Alexis et toute l’équipe.
Projo 1. Accueil très chaleureux de Charles Tesson et l’équipe de la Semaine. Ça rassure. Attaché de presse : « Profite ». Stress. Je dois parler dans le micro pour présenter le film = Bafouillage n°1. Fin du film, sortie des spectateurs. Mon dieu, je veux pas croiser leurs yeux, je veux pas savoir. En route pour les rendez-vous presse. Attaché de presse : « Profite !». Stress. Arrête de dire « euh », « voilà » à chaque question, arrête juste d’avoir l’air con en fait. Ils ont aimé les journalistes où ils n’osent pas me dire que mon film est à chier ? Attaché de presse : « Profite ». Projection 2, le retour. Monumental Bafouillage de micro n°2. Y’a du monde, olala, transpiration. C’est officiel, je vais puer dans mon costume neuf. Je reste dans la salle, le film commence. Je tiens très fort la main de Claude. Les gens toussent, ils trouvent ça nul, c’est sûr. Pierre tue une vache. Plus personne ne tousse… Le public est dedans. Je profite. Être à Cannes avec son film, Rêve de gosse. Retour Paris. C’est déjà fini…

 

Hubert Charuel a reçu le César de la meilleure première œuvre pour Petit Paysan.