Un regard amoureux sur le cinéma français + francophone

La Fille au bracelet de Stéphane Demoustier

par | 12 Fév 2020 | CINEMA

Ado, Face B

Copyright Mathieu Ponchel

Son premier film, Terre Battue, mettait en scène deux ambitieux, un père et son fils, dans le milieu du sport de compétition. Allons enfants, moyen métrage suivant, racontait la déambulation dans Paris de deux enfants, frère et sœur, perdus de vue par leur nounou au parc. Les liens qui unissent les personnages de La Fille au bracelet sont, là encore, ceux du sang. Le cadre est vite posé par Stéphane Demoustier : une famille, l’air pris ensemble à la plage, une ambiance sereine et complice. A cet idyllique tableau, une ombre, ou plus exactement un gyrophare. La police débarque et arrête Lise, 17 ans. C’est du meurtre de sa meilleure amie dont elle est accusée, et c’est donc au procès de Lise que le réalisateur nous invite. Ce n’est pas tant la vérité sur l’affaire ou la question de la culpabilité ou de la non-culpabilité de Lise qui intéresse Demoustier que la déconstruction du regard des adultes sur les adolescents. Car ce que découvrent les parents de Lise sur leur fille durant le procès affecte leur représentation chaste et chimérique. La vérité est là, elle est crue, cernée par les murs rouges du tribunal (TGI de Nantes) où se déroule principalement l’action, tandis que le visage de Lise, lui, reste impassible, morne. Melissa Guers, qui interprète la jeune accusée, joue la partition à la perfection, avec un détachement tout à fait glaçant. L’écriture est habile, les fils s’étirent mais ne rompent pas. La mise en scène est sans fausse note, sobre, la caméra, toujours à bonne distance – ici, ni voyeurisme, ni complaisance, ni pathos. On épouse le temps du récit, on avance pas à pas, au rythme des témoignages et des plaidoiries (deux avocates à la barre remarquablement interprétées par Annie Mercier et Anaïs Demoustier). La Fille au bracelet est fait de gravité et de mystère et tisse autour d’un crime une histoire de famille et de mœurs complexe et captivante.

Réalisé par Stéphane Demoustier. Avec Roschdy Zem, Melissa Guers, Chiara Mastroianni, Anaïs Demoustier… 1H36. En salles le 12 février 2020. FRANCE.

Pin It on Pinterest

Share This